Le blog de jacques kergomard

Laissez venir à moi les petits documents.


 

 

BibliomotoculteurDans son article, «circulation des documents, nouveaux enjeux», Bertrand Calenge évoque quelques pistes de travail pour que le document vienne à l’usager plutôt que l’usager aille au document. Rendre ou emprunter un document de n'importe quel site dans la bibliothèque la plus proche, réserver un document disponible dans un autre lieu sont des services appréciés des usagers, mais suppose des moyens matériels et humains importants :  "certains espaces de bibliothèques centrales ont pris une allure de centre de tri postal (à Lyon, 600 000 documents sont concernés…, pour 3,6 millions de prêts chaque année)."

Le retour de Dracula

J'interviendrais le 26 avril prochain lors de la journée d'actualité : la constitution de catalogues organisée par l'Enact de Montpellier et Languedoc-Roussillon Livre et Lecture à Béziers le 26 avril.

Le thème de mon intervention sera :

Comment synchroniser son catalogue sur celui de la BnF ?

Les conditions nécessaires d’un SIGB pour une automatisation du catalogage.

Dans la continuité de mon article "Après le catalogage, fut-il supprimer aussi le catalogue", ce sera l'occasion de revenir sur ce grand chantier, encore inachevé, de la suppression des tâches de catalogage en bibliothèques.

Au hasard de la toile : soyez réalistes, demandez l'impossible


 

J'ai été intéressé par ce billet "travailler autrement" du blog Marlene's Corner.  Les suggestions que l'on y trouve peuvent s'appliquer à tout SIGB, qu'il soit libre ou pas.

Je ne peux que souscrire à la conclusion : "Ce qui me paraît crucial ici, c’est le fait de savoir ce que nous voulons : finalement, avons-nous jamais réfléchi à ce que devrait être notre SIGB idéal ? Ne nous contentons-nous pas bien souvent de reproduire à l’identique les spécifications du système précédent dans nos cahiers des charges de réinformatisation ?".

Mots-clés:

Flora devient open source. Et alors ?

« Logiciel de bibliothèque : (re)naissance open source pour Flora », ce billet paru dans Archimag et une discussion sympathique sur le blog de Lulli autour de son article «Les Opac – Ergonomie 1, Bidouillabilité 0 » m’ont poussé à clarifier mes idées sur l’open source.

Un logiciel Open Source signifie que l’on peut avoir accès aux sources d’un logiciel, donc éventuellement le modifier. C’est très bien, mais pour quoi faire ?

Au hasard de la toile : une autre dimension !

D'habitude, les prouesses technologiques me laissent plutôt froid. Mais la présentation de ce jeune indien est vertigineuse au sens propre du terme.

Je vous laisse juge ! La vidéo dure 13 minutes, mais ça vaut le coup d 'aller jusqu'au bout.

 

Pages

S'abonner à RSS - Le blog de jacques kergomard